Interview de Xavier BIOTTEAU, Président du groupe ERAM

Quelle vision avez-vous du contexte, du terrain sur lesquels les leaders d’aujourd’hui agissent ?

…Vaste sujet
Le terrain est “mouvant”.Et il faut en plus intégrer la vitesse à laquelle ce contexte évolue. L’accélération a toujours été synonyme de “progrès”. Aurions-nous perdu Waterloo si, au lieu de messagers en retard, Internet avait diffusé l’information en temps réel ? Ce qui était vrai hier ne l’est plus forcément aujourd’hui. Donc cela demande une veille et une adaptation constantes. La relation avec nos clients est désormais instantanée et permanente.


Nos clients peuvent communiquer entre eux de la même façon et donc échanger des services ou des produits. Les premières valorisations boursières mondiales ont été complètement chamboulées en 10 ans avec l’apparition des GAFA en lieu et place d’entreprises de secteurs « traditionnels ».

En fait, nous devons traiter plus de variables simultanément. Monde en x dimensions. « Notre patron, c’est le client » comme l’a dit un jour Gérard Mulliez et c’est plus vrai que jamais.
Or le client a changé de dimension et, puisque c’est lui le patron, nous devons nous adapter en permanence à son évolution, et mieux, si possible ( cfapple) anticiper ces évolutions.

Les paramètres à prendre en compte :

  • Avant : le produit/le prix/le service en magasin système horizontale simple , voir binaire « client-fournisseur »
  • Aujourd’hui : les mêmes éléments avec une information précise et immédiate de sa part :le produit/le prix/ le service où qu’il soit/ la rapidité/le développement durable/ les réseaux sociaux/la e réputation/ Relation multi dimensionnelle et instantanée/ individualisme et esprit de groupe…

Les collaborateurs sont à la fois des clients eux aussi et demandeurs de nouvelles organisation ou façon de manager.
Il est moins évident d’avoir une ligne claire et durable.Les virages sont fréquents.

Qu’est-ce que la lucidité pour vous?

Lucide : Définition du Larousse : qui manifeste de la perspicacité, de la clairvoyance, de l’objectivité dans la vision des choses
Romain Gary : « Il faut se méfier d’un excès de lucidité et de bon sens.La vie y laisse parfois quelques plumes »
Cioran : « Nul être soucieux de son équilibre ne devrait dépasser un certain degré de lucidité et d’analyse ».
La décision nécessite l’analyse mais Le trop d’analyse paralyse…
Il y a une part d’instinct dans la prise de décision…mais on ne peut s’en remettre qu’à son seul instinct…
Un entrepreneur doit être persévérant, avoir des convictions mais aussi savoir trouver l’équilibre entre acharnement et mobilité.
Jusqu’où peut aller la lucidité versus l’audace et la persévérance ?
Exemple : Bolloré et ses véhicules avec batteries électriques : 3 milliards d’investissements en deux ans et 200 à 250 millions de perte d’exploitation par an « c’est vrai, c’est un peu inquiétant , aime à ironiser Vincent Bolloré, mais c’est l’avantage des groupes familiaux : vous ne pouvez être foutu dehors sauf par vos enfants »
Les valeurs Passion-Audace peuvent être contradictoires par rapport à la lucidité.
La lucidité est donc la recherche permanente et mouvante d’un équilibre entre la raison et la passion, entre la réflexion et l’action, entre le bon sens et l’audace, l’acceptation ou le refus, entre l’esprit d’entreprise et la prudence, entre l’urgence et l’attente,
C’est la juste analyse et le bon diagnostic au bon moment conduisant à la bonne décision au bon moment
C’est la clairvoyance, savoir voir clair et juste même quand le contexte est opaque et changeant.
La lucidité, ce n’est ne pas se raconter d’histoire, quelques soient les circonstances, favorables ou difficiles, c’est toujours rechercher l’authenticité, c’est bien percevoir la réalité du moment et déceler celle de l’avenir.

La lucidité est elle importante pour vous et pourquoi ?

Elle est évidemment primordiale et conditionne l’avenir de l’entreprise.
Si elle là, et si elle induit une décision, les conditions sont réunies pour que l’entreprise poursuive le bon chemin.
Si elle est là et qu’elle n’induit aucune décision, c’est la lucidité passive, dommage !
Si elle n’est pas là , avec décision ou pas, l’entrepreneur fait courir un risque à son entreprise.
Mais peut-on toujours être lucide ?
Mon cher grand-père disait que le chemin de l’entrepreneur et , en conséquence de l’entreprise, ne peuvent être rectilignes.
L’important était pour lui de savoir corriger ses erreurs, et de combler les descentes par de plus fortes remontées.
On peut transcrire cela pour la lucidité.Peu d’entrepreneurs peuvent se targuer d’avoir été lucides en permanence, de ne pas avoir pris un jour une mauvaise décision, d’avoir toujours su anticiper ou perçu une tendance.L’essentiel est que les moments de lucidité et leurs conséquences ( les actions) surpassent les mauvais raisonnements conduisant à de fausses routes.

Qu’est-ce qui peut empêcher cette lucidité ?

L’excès de confiance, attention à une forme de « griserie » en période « successful ».
L’excès de doute, attention à ne pas se laisser enferrer dans le présent et obséder par des sujets particuliers ou se faire paralyser par une forme de stress en période plus difficile,
Les « ça a toujours marché » appliquons les mêmes recettes.
Les « ça ne marchera jamais » qui tuent l’audace.
Le manque d’informations éclairantes, le manque de rencontres avec ses collaborateurs, avec ses clients…
Et , selon des thèmes qui te sont chers , ce qui peut empêcher la lucidité, c’est l’arrogance et le renfermement, le manque d’écoute des signaux faibles ou forts…

Comment faites-vous pour garder l’esprit lucide dans les moments où la clarté ne semble pas au rendez-vous?

Pas évident d’avoir un regard sur soi objectif.
Pas évident d’être lucide sur son propre degré de lucidité.
Trouver une posture de recul, se mettre en mouvement, décalé par rapport à la routine, dans son travail ou dans une autre activité(Repos, sport, lecture…),ne pas se laisser submerger par l’urgence, le temps peut redonner de la lucidité…
Déplacements sur le terrain,
Ecouter et entendre,
Malgré cela, on ne peut prétendre être toujours lucide.Parfois des erreurs de jugement ou d’évaluation. Il y a beaucoup de subjectivité, par essence, dans nos métiers, nos réflexions, nos intuitions et nos décisions. Parfois lucides mais pas forcément au bon moment, parfois trop tard.

Quelles sont les clés pour prendre des décisions quand les paramètres de la situation sont peu clairs?

Mélange d’analyse la plus objective possible et d’intuition.
Encore plus écouter et encore plus entendre.
Et « plonger », car toute décision est audacieuse, une fois que la conviction est faite.
Le risque zéro n’existe pas.
La lucidité d’aujourd’hui peut être différente de celle du lendemain puisque tout est mouvant autour de nous.
Et pourtant, nous recherchons une forme de stabilité. Comme il est dit dans « Le Guépard » :
« Il faut que tout change pour que rien ne change »
Rechercher la nouveauté, l’innovation, le changement tout en sachant tenir un cap, conserver un sens aux décisions et aux actions.

De votre point de vue, la lucidité découle-t-elle de l’intuition et du ressenti, ou ne peut-elle s’acquérir qu’à partir de la raison ?

Cf réponses précédentes
La lucidité ne peut résulter que de la seule analyse. La lucidité ne peut résulter que de la seule intuition. Trouver le bon équilibre, le mix, pas évident de trouver la balance, le poids peut pencher d’un côté ou de l’autre…
Encore un exemple de mon grand-père, le fondateur :
Il a vécu les guerres et les difficultés économiques de ses parents, orphelin jeune, élevé dans la stricte simplicité.Il a toujours eu « le bon sens » de la prudence, le souci de ne pas mettre l’entreprise en danger et pourtant , il était « rouge vif » très audacieux .Pour l’anecdote : un vendredi, il reçoit son commissaire aux comptes qui lui dit « Monsieur Biotteau, il faut lever le pied, vous allez trop vite… ».Il écoute, il acquiesce poliment.Le dimanche passe. Il réfléchit pendant sa promenade quotidienne.Le lundi , il convoque son équipe et dit « on accélère ».

Mon père :

« il faut bien peser une décision.Mais une fois qu’elle est prise, il faut y aller à fond et ne pas se retourner ».

Un mélange d’analyse et d’audace…
…voilà ce qui a donné Eram…
….mon rôle est de développer et de transmettre et finalement, il se résume à faire preuve de lucidité tout en mêlant l’audace, caractéristique de l’entrepreneur, tout en gardant le souci de survivre à court, moyen et long terme, ce qui est le propre d’une entreprise familiale.

Interview réalisée pour inspirer les leaders à etre des “leaders lucides” et des leaders de conscience”

2017-10-06T22:28:04+00:00 3 juin 2016|dirigeant|0 commentaire

Laisser un commentaire